Ce vendredi après-midi, on croisait dans les rues du centre ancien de Tourrettes sur Loup des gens, nez en l’air et jumelles sur les yeux…à la suite d’Yvonne Clouet, bénévole au conservatoire des espaces naturels, ils effectuaient le recensement des nids d’hirondelles et de martinets.

Le petit groupe a appris à différencier les martinets (noirs en forme de faucille) aux hirondelles, plus petites, avec un ventre blanc et noir.

“En 50 ans, 80% des hirondelles ont disparu” explique Yvonne Clouet “Elles n’ont plus rien à manger à cause des pesticides qui ont tué les insectes, la disparition de zones humides contribue aussi à leur déclin. Cette année, elles ont beaucoup souffert pendant leur migration, entre autres, à cause d’une météo défavorable. Quand elles arrivent chez nous parfois leurs nids ont été détruits, les gens qui refont leur façade les suppriment. La loi protège leur nid…mais ça n’est pas respecté! leurs salissures partent avec l’eau de pluie et ça n’est que quelques mois par an. J’invite les gens à installer des nichoirs pour les accueillir afin de conserver la biodiversité.”

Les participants comptabilisent les nids mais beaucoup sont vides, on aperçoit cependant des hirondelles de fenêtre en train de nourrir leurs petits et même un couple d’hirondelles de rocher.

Deux heures durant le recensement se poursuit Yvonne Clouet explique le vol des martinets “C’est une machine à voler parfaite, les martinets passent l’essentiel de leur vie dans les airs, leur habitat est dans les avant-toits, les cavités et les crevasses des trous de mur.”

Un recensement vraiment passionnant qui se fait tous les ans au mois de juin!