Une tradition typiquement provençale

Les treize desserts sont servis en même temps et en abondance sur la table le soir de Noël après “le gros souper” . Ils doivent rester trois jours sur la table et tous les convives doivent goûter à chacun de ces desserts.

La liste diverge d’une ville provençale à l’autre, mais il y a une base commune :

la pompe à huile accompagnée des 4 mythiques mendiants (fruits secs), et des deux nougats.

La pompe à huile (ou fougassette à Tourrettes sur Loup) est une brioche parfumée à la fleur d’oranger, à base de fleur de farine, huile d’olive et cassonade, autour de laquelle sont disposés sur la table :

– les noix (ou noisettes)
– les amandes
– les figues sèches
– les raisins secs
– le nougat noir
– le nougat blanc
– les dattes ou les figues.

Viennent ensuite les fruits de saison :

– Les poires
– Les raisins blanc (servant de St Jeannet ou Valbonne)
– Les oranges (ou mandarines)… de Bar sur Loup
– La pâte de coing

Puis, on peut citer : les pommes, les melons d’hiver (verdau), les prunes séchée, les chocolats, les calissons, les oreillettes…

Lors de la messe-veillée du 24 décembre, à 18 heures en l’église de Tourrettes sur Loup, tous ces desserts sont apportés par les enfants devenus pour un soir « santons ».

L’histoire de Noël en Provence et de ses traditions racontées par la Communauté Saint Grégoire de Tourrettes sur Loup