Dépôt de gerbe au monument aux morts, allocutions puis hymne national, la cérémonie du 8 mai a rassemblé une cinquantaine de Tourrettans autour des élus.

Après la lecture par l’adjoint aux finances, Stéphane Bouix, du message de Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, c’est le premier magistrat de Tourrettes, Damien Bagaria qui dit quelques mots: “Il y a 73 ans les combats cessaient en Europe, le continent était dévasté. Cette guerre, au-delà des combats traditionnels avait exacerbé la haine des autres. Le régime nazi avait lancé le programme “Nacht und Nebel” “Nuit et brouillard” qui mettait en place l’extermination pensée et organisée à grande échelle des juifs d’Europe et aussi l’élimination physique des handicapés et des homosexuels. Il y a 73 ans, les premiers rapatriements de déportés dans leurs vêtements à rayures en loques et un tatouage à l’avant-bras faisaient découvrir brutalement, au monde, cette réalité effroyable. N’oublions pas que l’Etat français, le régime de Vichy avec Pétain et Laval avaient promulgué des lois anti juives et appuyé les Nazis et que des français ordinaires devinrent les supplétifs de la Gestapo. Mais souvenons-nous aussi que des français se sont opposés à ces actions en cachant et sauvant des juifs comme Jean Ordan , ce Tourrettan qui cacha ici, au village, 11 juifs avec la complicité bienveillante de beaucoup d’habitants. Alors que partout en France, aujourd’hui, des actes contre les juifs se multiplient, sachons que le respect des différences, couleur de peau, religion, maladie, handicap est le seul chemin qui doit nous permettre de donner de la sérénité à notre société où l’égoïsme, la violence et la haine sont de plus en plus présents. Il faut avoir confiance dans l’homme mais il faut aussi savoir rester vigilant.”

L’assistance, après avoir chanté la Marseillaise, a été conviée à un apéritif républicain au Café du Midi.